Il faut quelques jours à Isobel pour enfin poser la plus logique des questions :
—Comment es-tu sorti du vortex ? Simple.

Simple ? Contrairement à ce que nous pourrions penser, cette question n’est pas venue immédiatement à l’esprit d’Isobel. Non : il a fallu d’abord accuser le coup, ne pas y croire tout d’abord ; si Jaz est revenu, un môme y est resté. Par conséquent un Bureau changé en tour fantôme, multipliant dans un réfectoire réquisitionné les entretiens individuels des parties concernées. Jaz, bien sûr, mais aussi collègues M&O, contrôleurs de Conformité dont Isobel, techniciens, responsables des méthodes, quelques responsables intermédiaires pour la bonne mesure, des types que l’on pourra faire sauter comme des plombs. Les lumières éteintes sur les cuisines prètent à lasalle un air de grotte ; lugubre repaire de monstres dans les reflets étroits sur les inox, lave-vaisselle et couverts suspendus ; un lieu hypnotique ouvrant la gueule au-delà du crâne des enquêteurs, large autour d’eux, les ombres obscurcissent le ventre. Au-travers des vitres, un jeu de reflets éclate Amon en vitrail rouge — carrés jaune, orange et feu dispersés depuis les vitres jusqu’aux pieds des hommes ayant pour mission de faire d’autres sacrifices […]

Oh, mais, pourquoi couper ? Pourquoi si peu ? Pourquoi se contenter d'un avant-goût, hein, pourquoi ? Abonnez-vous et recevez à la carte les fragments de ce texte !

S'abonner