Versailles

Cette salle, Alma la détestera désormais : sûre d’y retrouver le musc discret des kleptocrates, des empreintes digitales et des marques de paumes sur la pellicule de cire, la belle table bicentenaire, des usures particulières au rembourrage des sièges, Alma se convainc que ce lieu doit être considéré comme une prise de guerre ; un territoire marqué à coups de présence, l’application nonchalante des nouveaux seigneurs ici réunis en arc — une nasse — autour de la table qu’elle avait tant aimé du temps de son père. Nous pouvons les sentir calmes, prêts à ratifier la capitulation d’Alma sous les tentures — une conviction palpable partagée avec aigreur par Alma dévorée par l’incontrôlable terreur tordant ses entrailles — Et Amaury : ici pas tout à fait au centre du concile. Aura-t-il négocié le portefeuille d’un ministère ? Bercy ? Ou, plus discret, le secrétariat général de l’Élysée ? Ils sont tous ici, les versaillais et leurs […]

Oh, mais, pourquoi couper ? Pourquoi si peu ? Pourquoi se contenter d'un avant-goût, hein, pourquoi ? Abonnez-vous et recevez à la carte les fragments de ce texte !

S'abonner