On le fait rouler au pas sur la bordure extérieure du camp, on l’accompagne ; un phalangiste marche à hauteur de la vitre conducteur maintenue ouverte. C’est du bel ouvrage, fait remarquer le préposé, rendez-vous compte : tout le terrassement nécessaire pour ouvrir une nouvelle voie sur les Pierres. Percer tout ce désert, le civiliser en fait — faut bien commencer quelque part. Jaz se tient au silence valant approbation, une position sage ou nerveuse si on regarde de plus près. Les gravats craquent doucement sous les pneus à mesure qu’ils longent les chapitaux blancs, les hangars de fortune, les tronçons de canalisations PVC amassés contre les sacs de remblais. Oui, d’une façon moins orthodoxe, Jaz se sent admiratif d’un tel travail sur un terrain hostile. L’unique autre piste en […]

Oh, mais, pourquoi couper ? Pourquoi si peu ? Pourquoi se contenter d'un avant-goût, hein, pourquoi ? Abonnez-vous et recevez à la carte les fragments de ce texte !

S'abonner