Ce que nous savons et qu’ils ignorent tous

Quelques heures à peine après la création du monde, des cicatrices de roche fondue sillonnent ce qu’on n’appelle pas encore le Creatura : les survivants, encore choqués, titubent éparpillés sur des îlots de sable encore fumant. Un astre vif hyperelliptique a pris place dans le ciel. Un anonyme se relève de terre, perdu, son regard accommode avec difficulté le paysage en fusion : autant la texture du sable que sa solitude ou l’unique silhouette, floue, noire, découpée dans le feu, d’un homme marchant avec assurance vers lui. Un bruit de bottes sur le sable vitrifié, le cliquetis des sangles. À moins d’un mètre, il le considère avec perplexité et dit — Pour répondre à votre question : en quelque sorte, oui. Une arme. Une arme pour défaire les rois. L’anonyme n’a pas le temps de considérer la scène que la silhouette disparaît soudainement pour se […]

Oh, mais, pourquoi couper ? Pourquoi si peu ? Pourquoi se contenter d'un avant-goût, hein, pourquoi ? Abonnez-vous et recevez à la carte les fragments de ce texte !

S'abonner