Nous avions un accord. Tenir la Phalange hors de la cité en échange d’une coexistence. C’était simple, non ? J’ai pour ma part tenu ma parole. Il vous en faut toujours plus, vous n’avez aucune notion de compromis. L’intérieur de la berline s’asphyxie des sirènes à pleine puissance (nous pouvons à peine y entendre), derrière les vitres, le paysage des façades difformes vues en accéléré : les bâtisses tassées sur l’aval de la montagne Sainte Geneviève, l’ondulation des trottoirs, l’asphalte invisible. Tout cela file compact bordé des motards de la garde gyrophares dehors. […]

Oh, mais, pourquoi couper ? Pourquoi si peu ? Pourquoi se contenter d'un avant-goût, hein, pourquoi ? Abonnez-vous et recevez à la carte les fragments de ce texte !

S'abonner