D’instinct, elle relève le nez de son premier draft. La lassitude aurait pu suffire si l’alerte n’avait pas été si forte, viscérale, impérieuse, lui intimant l’ordre d’assister à une scène incomplète déjà en cours : Phineas Gage lui tournant presque le dos, psalmodiant, la tête répétant sans cesse la mécanique de l’acquiescement. Nous ignorons depuis quand. Gage radioactif devant un angle ordinaire de la pièce, une zone sans réponse. Pourtant. Avec un peu d’observation, pourtant, Sarah comprend les mouvements musculaires, des contractions élaborées très brèves, Sarah devine des bribes d’un monologue aux absents, un échange avec vice de forme que sa seule voix ne peut combler. Il marmonne et murmure ces phrases informes, belles en se faisant la missive des mots doux, des phrases très courtes mais bienveillantes, à peine […]

Oh, mais, pourquoi couper ? Pourquoi si peu ? Pourquoi se contenter d'un avant-goût, hein, pourquoi ? Abonnez-vous et recevez à la carte les fragments de ce texte !

S'abonner