Bien loin de reproduire Sarah, Gage réalise peu à peu un portrait inédit de la synthétique. Malgré les galeries. Malgré les workshops et le regard nourris des “jeunes générations”. Malgré la relative carrière de Sarah, ces années.

Elle en reparle plus tard, profitant de Glenn l’insulaire, la maison isolée. Ils dînent trop tard et sèchent les bouteilles trop tôt. Il est dix heures. La nuit ne vient pas.

Glenn mange très lentement, parle en désignant la toile cirée par les dents de la fourchette :

« J’ai suivi Érébus sur les îles artificielles. Les chantiers.

 — Après l’incendie de Rennes.

 — Oui, mais bien après. On a vécu d’abord pas mal d’années ici. J’étais trop jeune pour me souvenir de l’incendie. Je n’y étais pas. Ça reste assez virtuel pour moi, cette histoire, même maintenant. »

Il libère ses mains de tout instrument, inox posés par la garde contre le rebord de l’assiette ; il fixe le mobilier pour certainement y déceler le script idéal :

« Je me souviens juste des images, dans les flux. Ce n’était que des photos, des captations avec voice-over. »

Il dit :

Oh, mais, pourquoi couper ? Pourquoi si peu ? Pourquoi se contenter d'un avant-goût, hein, pourquoi ? Abonnez-vous et recevez à la carte les fragments de ce texte !

S'abonner