THIS•IS•WHAT DEMO•CRATY•LOOKSLIKE

T.1

En avance sur l’équinoxe de dix jours, le large vocabulaire des maladies s’emploie à raboter les démographies par ses extrémités : on ouvre des fosses communes à l’avance, on loue des imprimantes pour sortir plus rapidement les dalles mortuaires de la résine. On ne commente plus ces phénomènes saisonniers. Les vieux meurent seuls ; les parents qui ne l’avaient pas fait renvoient leur progéniture vers les villes où vivent famille (pour les plus chanceux) ou colonies (pour ceux n’ayant pas le choix). Quelques uns tentent le coup de poker et s’emmurent chez eux. La plupart axes routiers se referment sur les cohortes afin d’isoler les foyers futurs des épidémies, on renforce les couloirs humanitaires où se concentre désormais Frontex. Les milices en profitent pour monter des opérations de racket ; des groupes armés pillent les villages les plus excentrés, d’autres tirent au mortier sur les hameaux, bloquent les axes de ravitaillement ; des citernes de gazage sanitaire sont éventrées, des chevaux empoisonnés.

Borvo traîne ces pensées dans la tiédeur des cardiotanks hissés en grappes contre l’épaule, ahanant manteau serré vers le laboratoire de Javel, le froid passe au-travers des bottes. Les nutriments des conteneurs manquent, les souches nécessitent des apports, le Plex requiert lui aussi des stimulants. Sans surprise, l’un des cardiotanks ne porte pas d’étiquette. Par habitude plus […]

Oh, mais, pourquoi couper ? Pourquoi si peu ? Pourquoi se contenter d'un avant-goût, hein, pourquoi ? Abonnez-vous et recevez à la carte les fragments de ce texte !

S'abonner