Le pistolero

Sur la scène monotropique du Creatura, un village de pionniers, construit à grands renforts de clichés et d’espoirs ; il doit en exister des centaines quasi-identiques éparpillés dans le désert, dont l’existence n’est justifiée que par le regroupement opportuniste de familles fuyant la vie tribale. Par manque de moyens, sans surprise, ce village offre une somme asymétrique de façades mal construites, décharnées, tout est à refaire, les murs sont monochromes et mitraillés de sable. Au théâtre minimal du Creatura, ces villages se ressemblent.

En revanche, là où celui que nous observons maintenant diffère de la majorité tient de l’échafaudage titanesque qui le borde. Nous reconnaissons immédiatement le futur mur de Lutecia qui ne porte certainement pas encore ce nom.

Sous l’œil d’Amon, par la vitre opacifiée d’un relais de voyageurs, des corps usés se penchent au-dessus d’un zinc improvisé sur une série de tréteaux. Les corps ? Une poignée de cols bleus avachis par l’excès d’effort. Sur les crânes pris en […]

Oh, mais, pourquoi couper ? Pourquoi si peu ? Pourquoi se contenter d'un avant-goût, hein, pourquoi ? Abonnez-vous et recevez à la carte les fragments de ce texte !

S'abonner