Le météore

Ils levèrent leur attention au tonnerre du trait barrant pour de bon le zénith, portèrent leurs mains en visière pour en apprécier les nuances de feu mais trop tard ; ce qui s’y cachait en proue s’écrasa plus au Nord dans les dunes derrière eux, couvrant rapidement l’air des bulbes noirs de matière brûlée.

Nous voici donc ici, plus tard, peu après que les témoins du météore démontèrent en vitesse le camp nomade et mirent cap sur la tête du phénomène : un sillon tiré droit dans le sable marque le labour bordé de silice vitrifiée, de cendres encore fumantes, de débris partout. Cela rougeoit ici et là aux faces intérieures du verre boursouflé en mauvaise plaie.

Deux gardes républicains bottés casqués suants sous l’armure entourent la masse imposante du président Méridien qui, déjà curieux, décide sans concertation que dévaler la face intérieure de la dune ébréchée vers le cratère serait une bonne idée — Amon décline, prévient quelqu’un plus inquiet (un garde). Méridien, ici vu de dos en plongée, […]

Oh, mais, pourquoi couper ? Pourquoi si peu ? Pourquoi se contenter d'un avant-goût, hein, pourquoi ? Abonnez-vous et recevez à la carte les fragments de ce texte !

S'abonner