La fin du peuple de Loup

Là, au creux des montagnes, s’étalaient des terres arides que les humains, le gibier et même les nuages fuyaient. Ces terres étaient autrefois celles du peuple de Loup. Le peuple de Loup faisait partie des plus admirés, des plus vantés, des plus copiés, même par le peuple de Coyote. Grâce au don de construction que Loup avait rapporté du peuple de Castor, ses hommes faisaient s’élever leurs demeures au-delà des arbres de la vallée. Avec les plumes que le peuple d’Aigle avait offertes à Loup, ils s’élancaient de montagnes en montagnes. Avant de partir chasser, ils enduisaient leurs flèches du venin que Loup avait trouvé sur les terres du peuple de Crotale. Un jour, alors que Loup était parti espionner le peuple de Couguar, deux hommes de son peuple se disputèrent à propos d’une femme qui les aimait tous deux. Ils se disputèrent tant qu’un de leur ami s’interposa et leur proposa de se confronter dans une série d’épreuves. Ainsi, les deux amoureux s’affrontèrent : dans la première épreuve il leur fallut construire la plus haute demeure, dans la deuxième franchir la vallée le plus rapidement, dans la troisième tuer le plus de gibier. Ils gagnèrent chacun une épreuve et lors de la dernière, ils finirent à égalité, mourant tous deux le soir-même d’avoir trop manipulé le venin du peuple de Crotale. Les amis des deux hommes rendirent la femme responsable de leur mort, les amis de celle-ci la défendirent, et peu à peu il ne se trouvait plus une seule personne parmi tout le peuple qui n’eut pas sa propre opinion sur l’histoire. Des murs furent construits dans toute la […]

Oh, mais, pourquoi couper ? Pourquoi si peu ? Pourquoi se contenter d'un avant-goût, hein, pourquoi ? Abonnez-vous et recevez à la carte les fragments de ce texte !

S'abonner