Morts et vivants

“Elle est défoncée, chuchota Écho à l’indienne. Dans cet état, elle aurait été capable de tuer Zacharie sans s’en rendre compte.” Hateya resta silencieuse. Devant eux, Zoé s’affairait à nettoyer Alexia du sang du héros ; de l’eau croupie avait été tirée d’une citerne. Les jeunes femmes s’étaient retranchées dans la salle d’eau du logis des domestiques, alors que le reste du groupe tenait un conciliabule funèbre de l’autre côté de la porte. “Elle est défoncée”, répéta Écho comme si cela pouvait tout expliquer. “Non, concéda l’indienne. Zacharie a eu la gorge tranchée nette. Ce n’est pas l’œuvre d’une défoncée, c’est l’œuvre d’un tueur.” // “Ou d’une tueuse.” // “Oui… mais à moins qu’on ne trouve une lame bien aiguisée cachée sous le canapé, Alexia est hors de cause.” La muse acquiesça ; elle aussi avait remarqué la propreté de la blessure, mais elle aurait tellement préféré mettre la mort de Zacharie sur le compte d’un comportement hallucinatoire. “Tu suggères qu’il y a un tueur parmi nous.” [Ce n’était pas une question] // “Nous sommes tous des tueurs.” [Ce n’était pas une question non plus] // “En tout cas, c’est fini pour Alexia… L’académie, je veux dire.” La rebelle ne suivrait plus aucune voie, officielle ou non — pas après cette nuit. C’était une chose de voir mourir un inconnu, de le tuer froidement ; c’en était une autre de tenir dans ses bras le cadavre de son amant — Alexia resterait pour toujours prisonnière de cette image nuptiale. La muse les avait pourtant toutes prévenues, Valentine, Kyra, Zoé, Thècle, Callisto, Nausicaä, Roxane, et même Hermione : ne vous attachez à personne ; ne tombez amoureuse de personne ; ne tombez pas amoureuse de l’idée-même de l’amour ; contentez-vous de relations sexuelles, c’est plus sain. Le regard de la muse dériva vers Zoé ; l’invertie donnait l’impression de frotter un pantin désarticulé, comme ceux que l’académie […]

Oh, mais, pourquoi couper ? Pourquoi si peu ? Pourquoi se contenter d'un avant-goût, hein, pourquoi ? Abonnez-vous et recevez à la carte les fragments de ce texte !

S'abonner