Héros et héroïnes

Le narrateur prit la parole : “Nos fiers et valeureux héros sont réunis pour une ultime halte avant les terribles épreuves qui les attendent demain. Quelles créatures terrifiantes abrite la forêt inconnue qui les entoure ? Quels fantômes en quête de vengeance les épient-ils depuis les fenêtres enténébrées du manoir ? Quel culte démoniaque pratiquent les habitants des villages reculés des alentours ? Quelle malédiction indicible pèse sur le lac asséché, ce lac où la légende veut qu’on noyait les enfants difformes ? Laquelle de nos héroïnes devront-ils sacrifier en premier pour apaiser la fureur des monstres, des revenants et des possédés ? Demandons à Rhadamanthe le sombre quelle réponse il apporterait à cette dernière question. Dis-moi mon ami [Hæmon s’est penché vers Rhadamanthe, assis en tailleur devant le feu de camp, occupé à bricoler un émetteur radio — à ses côtés, Alexia demeurait étonnamment silencieuse en l’absence de Zacharie], ô mystique, quelles prédictions ton appareil divinatoire t’a-t-il soufflées ? Dis-moi, toi, qui sacrifierais-tu pour te préserver des dieux et des diables ? [Il ne lui laissa pas le temps de répondre] Réfléchissons ensemble… Sacrifier cette chipie d’Alexia les calmerait à coup sûr, et ce ne serait que justice face à ses innombrables provocations païennes à leur encontre, mais cela briserait trop de cœurs, à commencer par le tien… Alors qui ? [Hæmon contourna le feu, établi à même le sol stérile de l’ancien jardin, et s’approcha d’un cercle de silhouettes exclusivement féminines] Posons la question autrement : Qui se sacrifierait pour sauver ses compagnons d’armes ? Nul doute que notre chère Valentine aurait ce courage, mais ce serait pour nous tous un bien malheureux choix tactique que de se priver d’une telle combattante pour la suite. La même stratégie s’impose pour Kyra, notre sniper venue des lointaines contrées du nord, et pour Zoé notre guérisseuse hors-pair — à condition de ne pas oublier, évidemment, de lui bander les yeux afin d’éviter qu’elle ne s’évanouisse dès la première saignée ! [Des rires ont fusé ; l’ambiance était détendue après la baignade, malgré l’incident avec Cassien ; ils profitaient tous du repas, même si celui-ci était sommaire, et du plaisir simple d’un feu de camp en plein air, sans contrainte, sans surveillance] Oublions également Callisto, la louve solitaire, trop occupée à élaborer son plan de carrière pour penser à la survie du groupe. Oublions aussi Écho, son reflet ne s’accommoderait pas de sa disparition… à ce propos, ô muse, où dors-tu cette nuit ?” // “Je préfère aller me taper un ours que de dormir avec toi.” [Rires. Hæmon sourit, ses mèches corbeau luisant sous l’effet des flammes — un sourire difficile à décoder, même pour Ovide] “Et toi, ô indienne, ton peuple ne pratiquait-il pas l’art du sacrifice du sommet de ses grandes pyramides ?” Hateya [sans relever l’amalgame] : “On sacrifiait des blancs, on ne se sacrifiait pas pour eux.” // “Ah… Souvenez-vous à l’avenir, nobles guerriers, de cette réponse, et demandez-vous si vous avez bien fait de vous adjoindre les services de cette mercenaire exotique aux mœurs si barbares… Alors, que nous reste-t-il, qui vois-je se dissimuler dans l’ombre de Valentine ? Ah, mais c’est la petite Thècle… La question se pose : Sacrifier la plus sainte d’entre nous, voire la plus… vierge […]

Oh, mais, pourquoi couper ? Pourquoi si peu ? Pourquoi se contenter d'un avant-goût, hein, pourquoi ? Abonnez-vous et recevez à la carte les fragments de ce texte !

S'abonner