T.5

Je suis en route, reçoit Borvo.

Un message errant qu’il a fallu reconstituer à force de patience, un message difforme rééchantillonné sur toute une nuit en centrifugeuse. Le corps de Borvo s’étrécit autour d’un estomac qui s’effondre, le grand froid, la soudaine certitude de l’effondrement à trois heures du matin (il connaissait ce sentiment, l’a rencontré quinze ans plus tôt) : la missive a été envoyé il y a plus d’un mois, impossible de prévenir Pénélope. À l’heure qu’il est, elle doit occuper une petite cabine au flanc d’une galère, trop tard pour le Plex, pas plus de Sub que de hertzien haché par les jammers, plus aucune communication possible depuis les zones blanches contournant les nations, ce pourrait tout aussi bien être la face cachée de la Lune. Et ce cœur […]

Oh, mais, pourquoi couper ? Pourquoi si peu ? Pourquoi se contenter d'un avant-goût, hein, pourquoi ? Abonnez-vous et recevez à la carte les fragments de ce texte !

S'abonner