C.5

Cinq microbrasseurs de médicaments plus ou moins planqués se partagent la production des molécules sur toute la région ; à quelques dixième de points sous les quotas de tolérance publiés par l’Europe Latine, ils produisent le juste nécessaire pour faire tourner les différentes affaires familiales. Inoffensif. Légal.

Poursuivons : la distribution se fait par les colporteurs dont ne manquent pas les places de marché ; les transactions se font par le circuit libre (main à main c’est entendu) ou exceptionnellement du troc quand l’acheteur peut apporter une poignée de métaux rares ou, oui, c’est un business, une pleine bonbonne d’hélium. Ce sont des fabriques sous serres qui tournent bien, sises en retrait des zones habitables (on les soupçonne de polluer, comme si cela pouvait encore avoir du sens), calées entre deux étables ou le débarras d’une entreprise de BTP ; par exemple ici, derrière des grillages mal entretenus et sans pancarte –et il faut être devant pour le voir. Depuis n’importe quel autre point de la carte, la colline avale les toits blancs, ce n’est que de la forêt de bocage.

Les serres, elles, dont les infrastructures ne furent sorties de terre que par la délicate magie des subsides tout à côté des cotes de cadastre, enfoncées maintenant dans des touffes compactes de branchies à hauteur d’homme — Un son de fougères lorsque le vent les traverse, elles bouchent ce qu’il reste de l’entrée par leur développement en désordre ; d’autres plantes marécageuses vaguement sanguines si elles n’étaient pas explicitement artificielles. En grattant les tiges près de la base, le logo déformé à force de […]

Oh, mais, pourquoi couper ? Pourquoi si peu ? Pourquoi se contenter d'un avant-goût, hein, pourquoi ? Abonnez-vous et recevez à la carte les fragments de ce texte !

S'abonner