Pas assez vivant pour être utile, pas assez mort pour être gratuit

P.1

Passer du ferré au ferré, changer de quai, seules les voitures diffèrent, et du tramway rattraper Nanterre, longer la colline maraîchère, les potagers du coteau Ouest de la Défense qu’on surnomme le Mordor pour les tours de la sogé qui s’y dressaient encore au début du siècle. Il y fait toujours froid, se dit-il, mais c’est invisible d’ici — J’ai mon petit fils qui travaille là bas, glisse la voisine du dataïste ; ça marche bien, ils vendent en circuit-court. Sans attendre, un coup d’œil […]

Oh, mais, pourquoi couper ? Pourquoi si peu ? Pourquoi se contenter d'un avant-goût, hein, pourquoi ? Abonnez-vous et recevez à la carte les fragments de ce texte !

S'abonner