Lutecia

Nous pourrions débattre des jours — Sérieusement, nous pourrions y passer nos nuits, puisqu’Amon ne nous touche pas ; les passer à s’enivrer et débattre sur la façon dont nous réagirions face à, oui, la réalisation soudaine de ce que nous aurions considéré une vie durant comme relevant du mythe, comme n’étant rien de plus qu’une fantaisie simple adaptée aux enfants, des images douces, inoffensives. Nous aurions pu obtenir une évaluation plutôt grossière mais juste de la réaction humaine lorsque se formèrent les premiers nuages mais rien qui suffise à décrire la stupeur quand, ce jour-là, ces objets calmes tout droit extraits de contes pour enfants s’offrirent l’ampleur du ciel, la tourmente, l’écrasement divin et renvoyèrent aux lutéciens les formes ébréchées de ce que nous reconnaissons dans l’orage : les pourpres sous le pied d’enclumes pétroles, les […]

Oh, mais, pourquoi couper ? Pourquoi si peu ? Pourquoi se contenter d'un avant-goût, hein, pourquoi ? Abonnez-vous et recevez à la carte les fragments de ce texte !

S'abonner