Les sorcières

Un jour qu’il convoitait une terre pour y installer ceux de son peuple, Loup rendit visite à une sorcière. Les sorcières étaient des femmes qui, au lieu de donner la vie, entretenait un rapport particulier avec les morts. Elles vivaient librement au sein du peuple, la volonté collective de les exclure n’égalait pas la crainte qu’elles inspiraient. “Sorcière, dit Loup, la terre dans la vallée est fertile, en son sein coule une rivière dont la pureté n’a d’égale que votre clairvoyance, à ses rives s’abreuvent des gazelles à l’agilité aussi reconnue que votre sagacité, sur ses berges s’élèvent des arbres luminescents dont la majesté évoque modestement la vôtre, à leurs branches poussent en abondance des fruits succulents qui à l’image de vos yeux jamais ne ternissent. Cette terre est destinée à devenir celle de mon peuple. Cependant, des hommes du peuple de Coyote sont venus s’y installer sans mon autorisation. Pouvez-vous m’aider dans la noble tâche de les renvoyer sur leurs terres d’origine ?” // “Loup, répondit la sorcière, je vais te venir en aide. Toutefois, je veux qu’en échange les femmes de ton peuple m’accueillent comme une sœur, et qu’il en aille de même pour mes cousines, et les cousines de mes cousines, et ainsi de suite sans jamais que cet engagement ne soit rompu. Promets-moi que cette terre sera un refuge pour les femmes de ma famille.” Loup se dit qu’une promesse n’engageait que celui qui voulait bien y croire et accepta la proposition de la sorcière. Les sorcières connaissaient plusieurs moyens pour obliger les hommes à quitter une terre. Par exemple, elles pouvaient agiter un os de vautour en direction d’un homme, et dans la nuit celui-ci était assailli de cauchemars, ainsi que les nuits suivantes, avant de sombrer dans la folie et, au bout de quelques temps, de mourir. La sorcière avec qui Loup avait signé un pacte utilisa un autre procédé. […]

Oh, mais, pourquoi couper ? Pourquoi si peu ? Pourquoi se contenter d'un avant-goût, hein, pourquoi ? Abonnez-vous et recevez à la carte les fragments de ce texte !

S'abonner